REPÈRES BIOGRAPHIQUES - DÉROULEMENT DE L'OEUVRE  
1888 Naissance, le 1er juillet, d'Alberto Magnelli à Florence, Piazza del Duomo.
 
"Le café", 1914, huile sur toile, 168 x 200 cm, Musée de Grenoble
 
"Peinture n°0529", 1915, huile sur toile, 125 x 100 cm, Galleria d'arte moderna, Palazzo Pitti, Florence
 
Collage, 1942, carton, encre de Chine sur papier à musique, 35 x 27 cm, collection particulière
 
"Rien d'autre", 1947, huile sur toile, 146 x 97 cm, Musée Magnelli, musée de la céramique, Vallauris
 
"Equilibre", 1958, huile sur toile,167 x 200 cm, Musée
national d'art moderne, Paris
 
"Volontaire n°3", 1962, huile sur toile, 162 x 130 cm, Musée Magnelli, musée de la céramique, Vallauris
 

1907

 

Son premier tableau, Paysage, peint sur le motif dans les Apennins toscans, décide de sa carrière de peintre. Recherches personnelles et systématiques (dessin, couleur) en dehors de toute école d'art ; les fresquistes du Trecento et du Quattrocento sont ses seuls maîtres.

1911-1912

Fréquentation de l'avant-garde italienne et amitié avec les futuristes.

1913-1914 Première période de figuration inventée : personnages, paysages, natures mortes sont composés de larges surfaces aux couleurs vives, animées d'abord par d'amples hachures, très vite abandonnées pour les "à-plats" qui resteront une des caractéristiques de toute son oeuvre comme le cerne, noir ou de couleur, qui les enserre.
1914 Voyage à Paris en compagnie du poète futuriste Aldo Palazzeschi ; découverte de l'avant-garde artistique ; il se lie d'amitié avec Apollinaire et Picasso, Léger, Max Jacob ; visite de l'atelier de Matisse. Sur l'incitation d'Apollinaire, il envisage de s'installer à Paris, mais la déclaration de guerre l'empêchera de réaliser ce projet.
1914-1916 Durant l'hiver 1914-1915, passage à l'abstraction : les tableaux aux "formes imaginées" sont composés de plans de couleur uniforme, parfois rompue par des modulations discrètes et partielles.
1916-1917 Nouvelle figuration : modification de la palette (introduction des "terres") et réapparition d'éléments figuratifs (personnages féminins) à l'intérieur de plans géométriques.
1918-1919 L'importante série des "Explosions lyriques" (dessins, tableaux dont les sujets essentiels sont des femmes dans un intérieur et des baigneuses) est marquée par l'abandon des teintes en à-plat au profit de surfaces colorées divisées et par l'apparition d'un graphisme fragmenté.
1919-1922 Nombreux voyages en Europe ; séjour à Berlin en 1922.
1920-1931 Période très prolifique du "réalisme imaginaire" qui compte plus de deux cents tableaux et de nombreux dessins : personnages, paysages, bateaux, quelques natures mortes.
1921 En mai s'ouvre à Florence sa première exposition particulière.
1925

Eté : séjour parisien durant lequel il retrouve Picasso.
Participation à des expositions collectives internationales, notamment aux Biennales de Venise de 1928, 1930 et 1932.

1931 L'installation de Magnelli à Paris, projetée en 1914, est effective en automne.
Débutant à Florence avec l'exécution de deux toiles, la série des "Pierres" se poursuit à Paris jusqu'en 1934.
1933 Rencontre de Kandinsky, arrivé à Paris après la fermeture du Bauhaus et naissance de l'amitié qui liera les deux peintres.
1934 Au printemps, Magnelli fait la connaissance de Susi Gerson qui deviendra sa femme quelques années plus tard.
A
la galerie Pierre (P. Loeb) s'ouvre la première exposition particulière de Magnelli à Paris (oeuvres récentes de la série des "Pierres").
1935-1936 Second passage à l'abstraction à laquelle il restera désormais fidèle ; à partir de l'expérience des "Pierres", le répertoire des figures abstraites se met peu à peu en place : différentes "périodes" constituent, jusqu'en 1970, son expression picturale : une peinture construite.
  1937 Magnelli participe désormais à l'activité artistique de l'avant-garde internationale avec de nombreuses expositions.
1939-1944 Sous l'occupation, les Magnelli sont installés dans une ancienne magnanerie, La Ferrage, au Plan-de-Grasse ; des amis viennent les retrouver dans la région : Jean Arp et Sophie Taueber-Arp, Sonia Delaunay, Nelly van Doesburg.
1944 Retour clandestin à Paris.
1947 Première exposition à caractère rétrospectif à Paris, galerie René Drouin (oeuvres de 1914 à 1947).
1950 La Biennale de Venise consacre une salle à la présentation de dix-huit peintures de 1914 à 1948.
1954 Rétrospective au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles et Prix de la Critique ; l'exposition est reprise l'année suivante au Stedelijk Van Abbe Museum d'Eindhoven.
1955 Premier Grand Prix de peinture étrangère à la Biennale de São Paulo.
1958 Prix Guggenheim pour l'Italie : le tableau Conversation à deux n°1 (1956) est exposé au Solomon R. Guggenheim Museum de New York puis acheté par la Galleria Nazionale d'arte moderna de Rome.
1959 Installation dans la maison de Meudon-Bellevue.
1963 Le Kunsthaus de Zurich puis le Palazzo Strozzi de Florence organisent une rétrospective importante à l'occasion de son soixante-quinzième anniversaire.
1968-1969 De nombreuses expositions célèbrent ses quatre-vingts ans, dont celles du Kunstforeningen à Copenhague et du Musée national d'art moderne à Paris en 1968, puis celle de l'Ancienne Douane, galerie d'exposition des musées de Strasbourg en 1969.
   
1971 Magnelli meurt dans la soirée du 20 avril à Meudon ; selon son voeu, sa tombe porte l'inscription "Alberto Magnelli 1888-1971 pittore fiorentino".
 
1973 Ouverture de la salle Magnelli à la Galleria d'arte moderna du Palazzo Pitti à Florence : les quinze oeuvres de la donation à sa ville natale y sont exposées avec le paysage acquis en 1928, Piano di Rosia.
Le Musée de Vallauris accueille sa donation à l'Etat français.
1977 La donation de l'artiste au Musée national d'art moderne de Paris est installée au Centre Georges Pompidou.
1980 L'ensemble de l'oeuvre gravé est offert par Susi Magnelli à la Bibliothèque nationale à Paris, qui en organise l'exposition et en publie le catalogue.
1988 Expositions pour la commémoration du centenaire de sa naissance : Musée d'art moderne, Saint-Etienne et galerie Sapone, Nice (dessins) ; Palais des papes, Avignon ; FIAC, galerie Lelong, Paris (hommage) ; "Magnelli-Jacobsen", Rennes, Le Grand Huit - Maison de la culture (gravures) ; Palazzo Vecchio, Florence.
L'oeuvre de Magnelli est présente régulièrement dans des expositions particulières et collectives, dans des galeries, des salons, des musées, à l'étranger comme en France.
Haut de page